Retour au dossier

Fausses notes (géo)politiques

La politique et la géopolitique ont toujours été présentes dans la partition de l'Eurovision. La première édition a vu le jour dans les années 1950, alors que l'Europe se relevait de la guerre et que la construction européenne en était à ses prémisses. Le concours était entre autres pensé comme un événement au service de la paix entre les différents pays participants. Ce rôle de trait d'union symbolique reste d'actualité, comme le montre le mot d'ordre de cette édition 2015, "Building Bridges" ("construire des ponts"). Malgré tout, au fil des décennies, les divergences et conflits entre deux ou plusieurs pays, ainsi que de simples questions de politique intérieure, ont fait résonner couacs et fausses notes. Retour sur les cacophonies d'hier et d'aujourd'hui...

1964

Un appel au boycott en direct

L'Espagne et le Portugal étaient à l'époque deux dictatures militaires.

  • Danemark
  • Espagne
  • Portugal

* EUROPA PRESS/SIPA

Alors que la participation de l'Espagne et du Portugal étaient loin de faire l'unanimité au Danemark, pays hôte du concours, un homme a surgi sur la scène. Il brandissait une bannière sur laquelle était inscrit "Boycott Franco and Salazar". La caméra a préféré regarder ailleurs pendant que l'individu était évacué.

1974

La télé italienne divorce d'avec la chanson de Cinquetti

Les électeurs italiens devaient se prononcer, par référendum, pour ou contre l'abrogation de la loi autorisant le divorce, votée en 1970. Le 12 mai, 59% des votants se sont prononcés en faveur du « non » : le divorce est resté légal.

  • Italie

* REX

Auréolée d'une victoire dix ans plus tôt, Gigliola Cinquetti représente à nouveau l'Italie avec Si (« Oui »). Mais sa prestation - de même que l'intégralité du concours - n'a même pas été retransmise dans son propre pays ! La RAI estimait que la chanson aurait pu influencer les électeurs qui devaient se prononcer un mois plus tard sur l'abrogation du divorce. Si a été un échec de l'autre côté des Alpes.

1975-1977

Grèce et Turquie, meilleures ennemies

Le 20 juillet 1974, l'armée turque envahit le nord de l'île de Chypre. C'est un épisode supplémentaire de la détérioration des relations entre la Turquie et la Grèce.

  • Grèce
  • Turquie

* Anonymous/AP/SIPA

La Turquie prend part pour la première fois au concours en 1975. La Grèce choisit de se retirer, en guise de protestation. La Turquie sera absente du concours l'année suivante et ne participera à nouveau qu'en 1978, au côté de la Grèce.

1978

Une page de pub pour cacher Israël

  • Israël
  • Jordanie

* Andre Csillag / Rex Fea/REX/SIPA

Israël participe au concours depuis 1973 et a remporté sa première victoire en 1978. Plusieurs chaînes de télévision d'Afrique du Nord et du Proche-Orient ont choisi purement et simplement de "zapper" la prestation d'Izhar Cohen et les Alphabeta en diffusant des pubs à la place. Lors du décompte des votes, alors qu'il ne faisait guère de doute qu'Israël allait s'imposer avec « A-Ba-Ni-Bi », ces mêmes chaînes ont interrompu la retransmission. Plus étonnant encore: en Jordanie, les journaux ont annoncé le lendemain la victoire de la Belgique… qui était arrivée à la 2e place.

1986

Timna tient bon

En 1986, Kurt Waldheim est élu président de l'Autriche. Mais lorsque, quelques mois plus tôt, son passé dans la Wehrmacht a été révélé, le scandale a été retentissant.

  • Autriche
  • Israël

* US PRESS/SIPA

Lorsque Timna Brauer, une artiste de confession juive, a été choisie pour représenter l'Autriche avec Die Zeit ist einsam, plusieurs voix se sont élevées en Israël pour lui demander de se retirer. La chanteuse n'en a pas tenu compte et s'est produite sur la scène de Bergen (Norvège), se classant à la 18e place, sur vingt participants.

1998

Une sacrée diva qui ne plaît pas à tout le monde

Dana International est une chanteuse trans qui a débuté sa carrière en 1992. Elle chante en hébreu et en arabe.

  • Israel

* LEVINE HEIDI/SIPA

Le fait qu'une femme trans représente Israël a provoqué l'indignation des juifs ultra-orthodoxes et autres conservateurs. Dana International a été la cible d'insultes et même de menaces de mort. Cela ne l'empêchera pas de remporter la victoire finale, sur le fil avec sa chanson, Diva.

2000

Une partie de ping-pong diplomatique

Les relations diplomatiques entre Israël et la Syrie sont officiellement inexistantes. La liste des conflits entre les deux pays est longue.

  • Israël

* SCANPIX SUEDE/SIPA

Lors des répétitions, le groupe représentant Israël, Ping Pong, s'est mis à agiter des drapeaux israéliens et syriens en guise de message de paix. Furieux, Gil Samnsonov, président de l'Autorité de radiodiffusion israélienne (IBA) à l'époque désavoue les Ping Pong : "Ils participeront, mais pas au nom de l'IBA, ni des Israéliens. Ils ne représenteront qu'eux-mêmes." Les membres du groupe, dans lequel figuraient deux journalistes - se voient entre autres contraints de prendre toutes les dépenses (voyage, hôtel…) à leur charge. Ce n'est pas assez pour les faire reculer: lors de la finale, ils brandissent à nouveau des drapeaux et les chanteurs s'embrassent malicieusement sur la bouche au milieu de la chanson.

2005

Le Liban ne veut faire aucune concession

Dès 1978, Israël a commencé à envahir le Sud-Liban pour mettre un terme aux attaques de l'Organisation de libération de la Palestine lancées depuis le pays. L'occupation cesse en 2000.

  • Israël
  • Liban

* ENRIC MARTI/AP/SIPA

En 2005, le Liban, qui devait participer pour la première fois, a dû se retirer car il refusait de respecter le règlement. La Constitution libanaise interdisant de faire la promotion de produits en provenance d'Israël, la chaîne se refusait à diffuser la prestation du candidat de l'Etat hébreu... Aline Lahoud, qui devait représenter le Liban avec Quand tout s'enfuit est quand même devenue une star nationale et les téléspectateurs français ont pu la voir dans The Voice, le télécrochet de TF1.

2009

Une polémique gravée dans la pierre

Les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont extrêmement tendues et alimentées par des différends d'ordre territorial.

  • Arménie
  • Azerbaïdjan

* Picture Perfect / Rex F/REX/SIPA

Lors de la demi-finale, la vidéo présentant les artistes arméniens, Inga & Anush (photo), montrait un monument situé dans une région sécessionniste d'Azerbaïdjan. La délégation azerbaïdjanaise s'en est émue auprès des organisateurs et a obtenu que l'image disparaisse du montage diffusé lors de la finale. L'Arménie a protesté en faisant apparaître l'image du monument en question derrière la porte-parole annonçant les résultats du jury local. Par ailleurs, quelques mois plus tard, l'Union européenne de radio-télévision (UER), après avoir enquêté, a infligé une amende à l'Azerbaïdjan pour avoir truqué les votes.

2009

La chanson géorgienne n'aurait pas enchanté Poutine

En août 2008, la seconde guerre d'Ostéite du Sud oppose la Géorgie à cette province séparatiste ainsi qu'à la Russie. Le conflit a été réglé en deux semaines, mais les tensions entre la Géorgie et la Russie demeurent.

  • Géorgie
  • Russie

* JACQUES BRINON/AP/SIPA

La Géorgie se retire du concours, organisé en Russie. Elle voulait présenter la chanson We don't wanna put in, interprétée par Stephane & 3G. Mais le message politique "We don't wanna Putin" (On ne veut pas de Poutine) étant à peine subliminal, l'UER a refusé que cette chanson soit jouée sur scène.

2015

La Hongrie n'évoquera pas Gaza

En 2014, la guerre de Gaza s'est déroulée en juillet et en août. Plusieurs événements en sont à l'origine. Parmi eux, l'enlèvement et le meurtre de trois jeunes Israéliens et l'assassinat, le lendemain de leurs funérailles, d'un adolescent palestinien par des extrémistes juifs.

  • Hongrie
  • Israël

* Adel Hana/AP/SIPA

«2014. Gaza. Les deux tiers des victimes étaient des civils, dont plus de 500 enfants.» Ce passage de la chanson Wars for nothing (« Guerres inutiles ») représentant la Hongrie n'ont pas plu a tout le monde en Israël. L'ambassadeur israélien en Hongrie a demandé que ces quelques mots soient retirés de la chanson. Une requête acceptée, au motif que l'Eurovision interdit les textes aux messages politiques.

2015

Une chanson pour les 100 ans du génocide arménien

A l'heure actuelle, 24 pays, dont la France, reconnaissent le génocide arménien: soit le massacre d'un million et demi d'Arméniens sous le régime ottoman. La Turquie, elle, parle de guerre civile et conteste cette évaluation du nombre de victimes.

  • Arménie
  • Turquie

* Uncredited/AP/SIPA

Le groupe Genealogy, représentant l'Arménie, est composé de six artistes en provenance de tous les continents pour symboliser la diaspora qui a suivi le génocide. Une initiative peu appréciée en Turquie. Initialement, la chanson s'intitulait Don't Deny (« Ne niez pas »). Elle a finalement été rebaptisée Face the Shadow (« Fait face à l'ombre »). En début d'année, une pétition a circulé en Turquie pour demander la disqualification de l'Arménie, mais aussi de la France, certains voyant dans les chansons de ces deux pays des références au génocide arménien.